Jacqueline Chiappetta redonne vie à la mode féminine d’antan

Robe à la française, casaquin, caraco, manteau empire, robe de bal, robe à tournure, robe de dîner, trotteur, robe de mariée, bastidane…

Voilà un livre consacré à la mode féminine entre le XVIIIe et le XIXe siècle et qui s’applique à différencier la diversité des vêtements utilisés à cette époque tant par la bourgeoisie parisienne que par la bourgeoisie provençale.

Sur plus de 150 pages, Jacqueline Chiappetta fait ainsi défiler, photographies à l’appui, des modèles à la coupe authentique et aux tissus rares qu’elle a en grande partie reconstitués.

Pour cela, elle s’est attelée à la difficile tâche de fabriquer ses propres mannequins et de partir à la recherche de tissus rares aux teintes et aux motifs bien particuliers.

100 à 150 heures de travail ont ainsi été nécessaires pour la confection de chaque modèle.

Mais l’effort en valait la peine.

Voilà un livre qui remonte joyeusement le temps et fait revivre à son lecteur tout un passé grisant et séduisant à découvrir. Une charmante reconstitution de notre histoire.

Mode féminine parisienne et provençale XVIIIe-XIXe siècle, de Jacqueline Chiappetta, Les Presses du Midi, 177 pages, 36 €.

© publiktions.com

+ de chroniques ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s