Les 100 célèbres visages d’Ara Güler

Selon la revue anglaise Photography Annual publiée en 1961, le photographe turc Ara Güler fait partie des sept meilleurs au monde de sa profession. Lauréat du prestigieux titre « Master of Leica 1962 » ou encore de celui de « Photographe du siècle » dans sa patrie, l’homme a capturé tout au long de sa carrière un nombre impressionnant de personnalités.

Parmi elles, une centaine de célébrités ont été réunies dans ce présent ouvrage. Jean Renoir, Carlos Saura, Aristote Onassis, Jacques Tati, Jacques Prévert, Federico Fellini… Sur plus de 200 pages, les portraits de ces hommes et femmes qui ont marqué le siècle dernier défilent sur des clichés en noir et blanc, dans une pose souvent inédite, seuls, et face à l’objectif.

L’occasion de découvrir le réalisateur Alfred Hitchcock dans son bureau aux studios Universal à Los Angeles, se mettant en scène, tantôt debout, une main tendue au-dessus d’une mappemonde, tantôt allongé dans un fauteuil, l’air volontairement grave.

Quelques pages plus loin, c’est au tour d’un Dustin Hoffman jeune et charismatique de se prêter au jeu. L’acteur américain est pris en contre-plongée, alors qu’une danseuse déambule derrière lui. Les mains dans les poches, le comédien prend la pose et affiche avec délectation une mine digne d’un drame d’Arthur Penn.

Ailleurs, on peut également apercevoir le peintre et sculpteur Marc Chagall. L’artiste est chez lui, dans l’escalier, quai d’Anjou, dans l’île Saint-Louis, à Paris. Vêtu d’un costume élégant, il agrippe une poutre d’une main assurée et s’improvise à son tour modèle.

Quant à Winston Churchill, le voilà qui se met en scène d’un air amusé, les yeux cachés sous sa casquette d’officier de marine vissée sur la tête, un cigare au coin des lèvres.

Ou encore le peintre Salvador Dalí, l’œil fou, habillé d’une tenue reprenant les motifs d’une peau de léopard, jouant avec sa canne et une étole de soie mauve, à l’hôtel Meurice, à Paris, face aux Tuileries.

D’autres modèles, eux, préfèrent jouer la retenue, la simplicité. À l’instar du compositeur Dave Brubeck, accoudé à son piano dans un studio d’enregistrement d’Atlantic Records à New York, de la cantatrice Maria Callas ou du cinéaste Marcel Carné.

Qu’ils soient décalés, sobres, drôles ou étonnants, tous ces clichés sont passionnants à regarder. Mis les uns à la suite des autres, ils plongent le lecteur à la fois dans un univers intense et dans une atmosphère délicieusement attachante.

Ara Güler, il faut le reconnaître, a un talent hors pair. Bien sûr, celui de capturer le meilleur instant possible, la meilleure attitude possible, mais surtout celui d’insuffler toujours et encore la vie à ces portraits éternellement figés.

Visages du XXe siècle, 100 portraits de célébrités, photographies d’Ara Güler, textes de Benoît Heimermann, préface d’Alberto Manguel, les éditions du Pacifique, 234 pages, 29,50 euros.

© lesbeauxlivres.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s