Quand les éditeurs parisiens se disputent Marilyn

On ne compte plus le nombre de livres qui paraissent chaque année sur Marilyn Monroe. Le lecteur, d’ailleurs, s’y perd souvent et n’a que l’embarras du choix.

Toutefois, s’il ne fallait retenir que deux titres récents de photographies consacrés à Norma Jeane Baker, ce serait sans hésiter l’impressionnant volume de David Wills publié chez Flammarion et l’élégant ouvrage de Caroline Perreau édité chez YB éditions à l’occasion des cinquante ans de la mort de l’actrice.

Le premier s’impose par sa taille, sa densité – 320 clichés – et le nombre impressionnant de photos inédites. Jamais collection plus complète n’avait été réunie dans un seul et même livre.

Le choix du titre, lui, ne s’est pas fait au hasard : Métamorphoses. Chronologiquement, on assiste aux différentes étapes de la vie de Marilyn depuis son premier mariage, à l’âge de 16 ans avec Jim Dougherty, où elle est méconnaissable avec ses cheveux bruns et son visage peu dessiné, à ses moments de gloire, dans les années 1960, quand elle s’impose comme LE sex-symbol d’Hollywood, en passant par des photos plus intimistes, où Norma apparaît tantôt heureuse et sereine, tantôt fragile et femme-enfant.
Une femme-enfant que l’on peut aussi découvrir dans l’ouvrage de Caroline Perreau, un livre à la mise en page plus sobre et plus aérée. Dans Irrésistible Marilyn Monroe, les citations occupent davantage l’espace et n’appartiennent, contrairement au titre de Wills, qu’à l’actrice elle-même.

De ce fait, une plus grande proximité s’opère ici entre le lecteur et la star. Même si une grande part de mystère subsiste chez Marilyn, il est certain que le fait d’associer certaines de ses paroles – les unes plus percutantes que les autres – aux images de sa vie la dévoile en grande partie et la rend bien plus touchante et attachante.

« Si je joue le rôle d’une fille stupide qui pose une question stupide, je dois être crédible. Que suis-je supposée faire ? Avoir l’air intelligente ? »

Plus loin, dit-elle encore : « Un sex-symbol devient une chose. Je hais l’idée d’être une chose. »

À méditer…

 

Métamorphoses : Marilyn Monroe, de David Wills, traduit de l’anglais par Alice Boucher, Flammarion, 290 pages, 29,90 euros.


Irrésistible Marilyn Monroe, de Caroline Perreau, YB éditions, 192 pages, 39,95 euros.

© lesbeauxlivres.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s