Les femmes croquées par The New Yorker

Depuis 1925, date de sa création, le célèbre magazine The New Yorker a publié 90 000 dessins, soit une vingtaine par semaine. Des dessins humoristiques, satiriques, à la fois absurdes et drôles qui ont forgé la marque de fabrique de l’hebdomadaire américain et parmi lesquels certains sont devenus cultes.

À l’initiative de Jean-Louis Chiflet, 300 cartoons ont ici été réunis dans ce volume. Après la France et les Français, les livres et les chats, thèmes précédemment publiés, voici une sélection de dessins consacrés aux femmes.

Les desperate housewives, les working women, les femmes au foyer, les ménagères de plus de cinquante ans, les femmes de rêves, les amantes… Vastes et passionnants sujets pour lesquels les dessinateurs du The New Yorker n’ont jamais manqué d’imagination… et de culot !

Il faut dire que les dames sont ici prétextes à rire. Joyeusement caricaturés, disséqués au scalpel, les plus grands traits et défauts du « sexe faible » sont généreusement grossis à la loupe, la plupart du temps avec un sarcasme et un amusement certains.

L’occasion de montrer l’évolution des mœurs et des mentalités. Qu’il s’agisse des relations de couples, du mariage, des disputes conjugales, du partage des tâches ménagères, des mères poules, de l’infidélité et de la jalousie, ces cartoons révèlent bien les transformations sur les rapports entres hommes et femmes tout en évoquant les éternelles incompréhensions entre les deux sexes.

Cela dit, attention à ne pas taxer ici ces illustrations d’œuvres machistes ! Les hommes ne sont pas les seuls à rire des femmes. Elles peuvent en faire tout autant. Preuve en est la liste des nombreuses dessinatrices qui ont collaboré à The New Yorker, notamment Roz Chast, Liza Donnelly, Carolita Johnson, Marisa Acocella Marchetto ou encore Victoria Roberts, lesquelles ont un talent singulier pour l’autocritique.

Car c’est bien connu. Les femmes, souvent, sont plus cruelles entre elles qu’avec les hommes !

The New Yorker, l’humour des femmes, de Jean-Louis Chiflet, Les Arènes, 192 pages, 24 euros.

© lesbeauxlivres.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s