Les éditions du Seuil publient en mars 2012 un inédit de Georges Perec

Le Condottière, « premier roman abouti ». Les mots sont de Georges Perec lui-même.

II aura pourtant fallu attendre plus de cinquante ans après sa rédaction (1957-1960) pour que ce texte soit enfin publié.

Le 1er mars 2012, les lecteurs pourront donc se procurer en librairie ce récit inédit de l’auteur des Choses miraculeusement retrouvé « dans une vieille malle ».

L’histoire ? Gaspard Winckler, grand faussaire, exécute à la demande d’Anatole Madera une copie du Condottière, le célèbre tableau d’Antonello de Messine qui se trouve au musée du Louvre. Un meurtre éclate dès les premières pages du livre. Le même Anatole Madera se fait assassiner et la vie de Gaspard Winckler – personnage que l’on retrouve dans Vie mode d’emploi et W ou le Souvenir d’enfance – bascule aussitôt.

Il faut rappeler que ce polar historique avait initialement été refusé à l’époque par Le Seuil et Gallimard. Perec ayant confié à l’un de ses proches : « Le laisse où il est, pour l’instant du moins. Le reprendrai dans dix ans, époque où ça donnera un chef-d’œuvre ou bien attendrai dans ma tombe qu’un exégète fidèle le retrouve dans une vieille malle… »

La dernière prophétie aura finalement été réalisée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s