LA REVUE DES LIVRES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La science-fiction pour les enfants

Comment initier les très jeunes lecteurs à la science-fiction ? En leur proposant un voyage dans l’espace, une machine à remonter le temps, des histoires de robots et d’extraterrestres ainsi que des gens ordinaires dotés de superpouvoirs ? C’est ce qu’ont choisi de faire les éditions Syros jeunesse en réunissant en un seul volume les dix premiers titres de la collection « Mini Soon ». Au programme : un poisson capable de faire remonter le temps, une jeune extraterrestre employée chez des Terriens ou un garçon gravement malade apprenant à voler grâce à un jeu vidéo. Bref, une agréable plongée dans les mondes parallèles. À lire dès 8 ans.

Dix histoires de futurs, d’Ange, Jeanne-A Debats, Claire Gratias, Nathalie Le Gendre, Carina Rozenfeld, Éric Simard, Syros jeunesse, 224 pages, 12,50 euros.

****************************************************

Trois femmes en quête d’une nouvelle vie en Inde

Trois jeunes femmes viennent de quitter l’Angleterre vers la fin des années 1920 pour rejoindre l’Inde. Rose, fille naïve et pure, va retrouver son fiancé à Bombay, un officier colonial qu’elle connaît à peine. Viva, elle, veut comprendre une partie de son passé et revenir sur les lieux où sont morts ses parents alors qu’elle était enfant. Quant à Victoria, elle compte bien perdre sa virginité durant son voyage avant de trouver l’amour aux Indes. Lauréat du Romantic Novel of The Year, La Fiancée de Bombay narre les péripéties singulières de trois Anglaises dans une Inde pré-indépendante exotique et fidèlement reconstituée. Délicieusement bavard !

La Fiancée de Bombay, de Julia Gregson, traduit de l’anglais par Catherine Ludet, JC Lattès, 569 pages, 22 euros.

****************************************************

La peur de la mort traitée en BD

Un cinéaste atteint d’un cancer cherche à réaliser son dernier film. Son projet : mettre en scène la fin du monde, celle qu’avaient imaginée certains hommes à la fin du premier millénaire. Après L’Orchidée noire et Violent Cases, Neil Gaiman et Dave McKean collaborent une nouvelle fois ensemble et livrent une BD troublante sur les peurs humaines. Au final : un graphisme inquiétant, déroutant, consolidé par un mélange hybride de peintures, de dessins, de photographies et d’objets non identifiés. Signal/Bruit étonne, fascine. Attention, une œuvre pas comme les autres ! Lectorat grand public s’abstenir !

Signal/Bruit, de Neil Gaiman et Dave McKean, traduit de l’anglais par David Calvo et Charles Recoursé, Au Diable Vauvert, 100 pages, 15 euros.

****************************************************

Bleu nuit éditeur fête les 200 ans de Liszt

Liszt. Ses doigts de virtuose, son génie, ses poèmes symphoniques, ses amours légendaires… À l’occasion du 200e anniversaire de la naissance du célèbre compositeur hongrois, Bleu nuit éditeur revient sur cette figure incontournable de la musique romantique. Appuyé par de nombreuses illustrations et des extraits de partitions, l’ouvrage d’Isabelle Werck, historienne de la musique, fait renaître Liszt sous sa plume. Évoquant à la fois son parcours personnel et musical, elle propose un récit inédit sur le créateur des Rhapsodies hongroises et retrace les grands événements de sa vie, depuis sa carrière de récitaliste international à celle de chef d’orchestre à Weimar.

Franz Liszt, d’Isabelle Werck, Bleu nuit éditeur, 176 pages, 20 euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s