LA REVUE DES LIVRES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La saga Lim Keok Jeong continue

À la manière de Robin des bois, Lim Keok Jeong a défendu la cause du peuple face aux seigneurs. C’était en Corée, au XVIe siècle. Les aventures de cette légende du Moyen-âge asiatique, illustrées en bande dessinée, se poursuivent dans ce huitième tome publié par Paquet éditions. Comme dans les précédents volumes, humour et combats sont au rendez-vous dans ce divertissement sur fond de corruptions et d’inégalités sociales.

Le Bandit généreux, tome 8, de Lee Doo Ho, Paquet éditions, 640 pages, 20 euros.

**********************************************************************************

Des baisers magiques

Cornélius est un vieux monsieur à la recherche du grand amour, qu’il n’a jamais connu. Solitaire et triste, il invente différentes choses comme des graines volantes ou des fleurs à roulette. Mais le cours de sa vie va vite se trouver bousculé. L’homme, en effet, va fabriquer une machine à baisers, une création dont il n’aurait jamais pu imaginer les bienheureuses retombées. Un conte pour enfants tendre et émouvant.

Les Baisers de Cornélius, d’Agnès de Lestrade et Charlotte Cottereau, Balivernes éditions, 40 pages, 12 euros.

**********************************************************************************

Une femme qui aimait la mer et la purée d’algues

Adèle est forte comme son tonton Gaston, bonne cuisinière comme sa tante Tatin et amoureuse de la mer comme le capitaine Couteau. Chaque matin, elle prend son vieux bateau et pêche tout ce dont elle a besoin pour cuisiner. Il faut dire qu’Adèle suit un régime bien particulier : elle ne consomme que de la purée d’algues gluante et des confitures de plancton nauséabond. Un jour, elle fait une découverte incroyable sur la plage. Une découverte qui transformera sa vie.

Les Petits pots d’Adèle, de Magali Clavelet, Océan Jeunesse, 32 pages, 18 euros.

**********************************************************************************

Grand angle sur les exilés de la Seconde Guerre mondiale

Il était l’ami de Robert Capa et Gerda Taro. Fred Stein, devenu photographe par hasard à la suite d’un Leica offert en cadeau de mariage, aura réalisé les clichés les plus importants de son époque. En son hommage, les portraits d’une centaine de personnalités qui, comme lui, avaient dû quitter l’Allemagne, puis l’Europe en guerre, ont ici été réunis. Parmi les plus connus, on peut y découvrir Hannah Arendt, Thomas Mann, Bertold Brecht, Boris Pasternak, Albert Einstein, Marlène Dietrich ou encore Vladimir Nabokov. Un ouvrage incontournable. Un témoignage historique.

Portraits de l’exil, Paris-New York, Dans le sillage d’Hannah Arendt, de Fred Stein et Anne Egger, Musée du Montparnasse et Arcadia éditions, 192 pages, 25 euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s