Albert Camus, le combattant

« Mon fils s’en va de la poitrine. »

Adolescent, Albert Camus prend conscience de sa mortalité. Sa mère craint de le perdre. Le futur auteur de La Peste est transporté d’urgence à l’hôpital Mustapha, situé à l’écart d’Alger. On lui diagnostique alors une maladie mortelle : une tuberculose ulcéro-caséeuse droite, causée par une infection due au bacille de Koch. Peut-être le jeune homme ne vivra-t-il au mieux que deux années…

Dès ce jour, la vie du jeune Albert va connaître un grand tournant. C’est l’époque où lui, l’amateur de football, joueur passionné au Racing universitaire d’Alger, va découvrir la littérature et la philosophie, et décider, à 17 ans, de devenir écrivain. Sa lecture des ouvrages des stoïciens et de Nietzche va le transformer, l’endurcir face à la maladie.

Lui, le fils d’une femme de ménage en partie sourde et analphabète et d’un père mort à la bataille de la Marne en 1914, prédestiné à une condition sociale très modeste, changera son destin. Contre toute attente, il intégrera le Grand Lycée d’Alger, fera des études de philosophie, deviendra enseignant, écrira pièces de théâtre sur pièces de théâtre et sera secrétaire général de la maison de la culture d’Alger.

Dans ce livre, Camus à 20 ans, l’auteure Macha Séry retrace le parcours du plus jeune prix Nobel de littérature depuis son adolescence jusqu’à ses 26 ans, en 1939, moment-phare où le jeune pied Noir quitte l’Algérie pour la métropole, afin de travailler au quotidien Paris-Soir. Moment-phare puisque, dans sa valise, le jeune Albert possède une partie du manuscrit de L’Étranger, qu’il terminera d’écrire deux mois plus tard.

Durant cette période, où il a déjà consumé la moitié de son existence, les événements se succèdent : Mariage avec Simone Hié, obtention d’une licence de philosophie, écriture de la pièce L’Envers et l’Endroit, adhésion au parti communiste, fondation du Théâtre du travail, puis du Théâtre de l’équipe, entrée comme reporter au quotidien Alger républicain

Albert Camus semble avoir déjà vécu plusieurs vies.

Grâce à ce livre, de nouvelles lumières sont ainsi faites sur lui. On comprend mieux comment le Camus de Caligula est devenu le Camus de La Peste et celui de La Chute. Comment l’adolescent, qui n’aurait pas dû atteindre les vingt ans, a entrepris de mener un combat contre la maladie… et toutes les injustices de la vie.

Dans Camus à 20 ans, la narration est extrêmement vivante, le récit parfois intimiste, émouvant, toujours attachant. Le livre, lui, peut sembler court…

Mais il reste avant tout un bel hommage à l’homme et à ses batailles !

F. H.

TITRE : Albert Camus à 20 ans

AUTEUR : Macha Séry

EDITEUR : Au Diable Vauvert

DATE DE PARUTION : 13/10/02011

PRIX : 12 euros

NOMBRE DE PAGES : 168

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s